detail-actu - Chambre d\'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

acces

  

Abonnés

Connectez-vous à :

Mes Parcelles ou Selso

  

  

Le 07/06/2018 17:16 Il y a : 76 jour(s)

Semis de maïs et imtempéries

A ce jour, les semis de maïs dans les Pyrénées-Atlantiques atteignent péniblement les 80 % à 85 %des surfaces prévues initialement, à une période où l'on pense d'habitude davantage à la localisation ou à l'irrigation qu'au semis. Encore ce chiffre cache-t-il de fortes disparités selon les zones.

La question que beaucoup se posent encore est celle de l'implantation, ou non, des dernières parcelles en maïs.

Plusieurs choix sont encore possibles pour limiter les pertes :

GRAIN :

  • Pour un céréalier ou pour une culture de vente, jusqu'à fin juin, on peut encore envisager le semis de maïs. Il faut choisir des indices entre 300-320, voire 340, pour une maturité fin octobre. En effet de plus hauts indices ne permettront pas de récoltes précoces, d'où un risque de gel précoce sur des maïs encore très humides et donc de fortes pertes de rendements. De plus, une récolte tardive, réalisée dans de mauvaises conditions, abîmera les sols et hypothéquera les futures années.
  • Avec de tels indices, un rendement objectif de 70 – 75 q/ha est possible, mais sera très dépendant des conditions estivales. Du fait des pluies abondantes, les sols se sont compactés en profondeur, le développement racinaire risque d'être limité et superficiel et donc les plantes seront très sensibles au sec et aux fortes chaleurs. Si celles-ci arrivent au moment de la floraison, l'effet n'en sera que plus négatif.
    Il s'agit pour ces maïs de limiter les coûts de mise en cultures et donc les intrants.
    L'exception réside dans la densité de semis. De tels indices de précocité doivent être semés plus denses, de l'ordre de 90 à 100 000 pieds si on veut assurer un minimum de rendement.
  • Avec un rendement estimé de 70-80 q/ha, l'apport azoté sera au maximum de 140 U, à adapter à la parcelle selon le plan de fumure.
  • Le désherbage est conseillé en post-semis. On peut espérer que les maïs seront certainement très poussants et vont rapidement couvrir l'interligne. Un désherbage à vue selon l'éventuelle flore présente assurera le meilleur compromis efficacité/coût. Ces maïs seront plus sensibles aux maladies et donc à surveiller.
  • Pour les maïs en place, nous pouvons préconiser, quand les parcelles seront portantes et bien ressuyées, de réaliser un travail du sol en interligne, de type binage, voire plus profond afin de fissurer les sols compactés et de leur permettre de respirer et de favoriser la pénétration racinaire.

FOURRAGE :

  • Pour un objectif de production fourragère, que ce soit pour son troupeau ou pour un voisin éleveur, l'ensilage du maïs autorise à peine plus de latitude sur les indices de précocité avec les incertitudes sur le climat estival. D'autres alternatives au maïs sont envisageables, avec un objectif de limiter les coûts et d'assurer un minimum de production de qualité pour compenser les pertes du maïs et des foins de mauvaises qualités.

Contact :
Patrice MAHIEU
CHAMBRE D'AGRICULTURE 64
p.mahieu@pa.chambagri.fr
05 59 90 18 46 // 06 85 30 22 70


Fichiers à télécharger :
Intemperies-Mais.pdf - 51 Ko
Mentions légales | Contacts |  Plan du site |  Coordonnées    |  RSS